Kyoukai no Kanata, aux limites du surnaturel

1 commentaire

Pour inaugurer notre nouvelle section de chroniques diverses, je vous propose aujourd’hui de vous intéresser à un anime japonais que j’ai trouvé absolument magnifique. J’espère que cette chronique vous donnera envie de le voir !



Kyoukai no Kanata (Beyond the Boundary en anglais) raconte l’histoire de la rencontre entre Mirai, la dernière survivante d’une lignée maudite de chasseurs d’esprits et Akihito, un être mi humain mi ombre onirique. Bon, je sens que je vous ai déjà un peu perdus alors laissez-moi vous éclaircir tout ça avant d’aller plus loin. Cette histoire prend place à une époque proche de la nôtre dans un endroit qui s’apparente au Japon. Mais là où ce monde diffère du notre, c’est en étant peuplé d’esprits invisibles pour le commun des mortels, un peu à la manière du Voyage de Chihiro de Miyazaki. Appelés ombres oniriques, ils peuvent parfois posséder et tuer des humains mais ils ne font qu’errer dans la ville la plupart du temps. En plus de ces ombres, de nombreux chasseurs d’esprits peuplent les cités. Ces humains dotés de capacités psychiques et physiques supérieures aux autres passent le plus clair de leur temps à tuer les apparitions oniriques. Vous assimilerez très facilement les spécificités de cet univers qui ne s’embarrasse de toute façon pas de complications inutiles.


Bien, maintenant que vous voyez un peu près dans quel contexte se déroule les événements, revenons-en aux faits. Comme je vous l’ai dit, Kyoukai no Kanata est l’histoire d’une rencontre. Le problème avec les rencontres, c’est qu’elles ne commencent pas toujours très bien. Or ici, cela commence on ne peut plus mal ! Apercevant Mirai sur le toit d’un bâtiment, Akihito se précipite pour la convaincre de ne pas se suicider. Mais au lieu de lui répondre, elle lui fonce dessus et lui plante une épée magique dans le cœur. Tout pourrait se terminer ici, mais comme vous vous en doutez, ce n’est que le début !


Un peu rude comme première impression !


En tant que demi-ombre, Akihito est pratiquement immortel et se remet donc sans problème de cette agression. Puisqu’elle est une chasseuse d’esprit, Mirai va dès lors passer ses journées à essayer de tuer son pauvre camarade de lycée qui aimerait bien qu’elle lui lâche la grappe. Le scénario tourne autour de ces deux personnages et de l’évolution de leur surprenante relation antithétique qui va vous fasciner, vous êtes prévenus !


Mais qu’est-ce qui rend cet anime aussi bien ? Comme il y a beaucoup à dire, je vais vous l’expliquer en six points. Il va sans dire qu’aucun élément important de l’intrigue n’est révélé dans cette chronique.

Un casting de rêve

Avec une dizaine de personnages seulement, vous ne risquez pas de vous perdre. D’autant plus qu‘ils sont présentés individuellement au fil de l’histoire ce qui facilite grandement la compréhension générale. Ce qui est marquant, c’est que tous ces personnages sont réussis. Ils ont tous un rôle à jouer, un style très personnel, une histoire qui leur est propre et sont présents dans presque tous les épisodes. Ce casting de grande qualité est vraiment homogène et évite les temps morts tant l’envie d’en savoir plus sur chacun des protagonistes nous pousse à rester à l’affut du moindre détail.


Voici un aperçu des dix personnages principaux de cet anime. Ils sont tous très réussis !


De l’humour bien dosé

S’il fallait ranger Kyoukai no Kanata dans trois catégories, je choisirais très certainement « action », « romance » mais aussi « comédie ». L’équilibre instauré entre ces trois genres rend l’anime d’autant plus divertissant. Il y a des combats, mais il n’y a pas que ça. Il y a de la romance mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi de l’humour léger et efficace. De quoi plaire à tout le monde ! N’ayez crainte, il ne s’agit pas du tout d’humour douteux ou particulièrement pervers comme on peut souvent en trouver dans les animes japonais. Ici l’aspect comique n’est jamais lourd ni envahissant, il se contentera de vous faire sourire, mais il le fera bien. Il y a même un épisode entier qui met de côté le scénario et nous embarque dans une chasse à l’ombre complètement déjantée !


Mirai adore manger, Akihito est obsédé par les lunettes, Hiroomi est fasciné par sa sœur... les divertissements ne manquent pas !


Un régal pour les yeux

Si l’appréciation du character desing dépend toujours des goûts de chacun (pour ma part, j’ai adoré le style des personnages), force est de reconnaître la qualité de l’animation et la beauté globale de l’anime. C’est fluide, réaliste, et très propre. Ça n’a peut-être l’air de rien dit comme ça, mais il est toujours beaucoup plus agréable de regarder des dessins de cette qualité. J’ai beaucoup apprécié l’animation des cheveux dont le rendu est vraiment parfait.


Objets de passion pour Akihito, les lunettes font partie des running-gags de l'anime. Admirez au passage la qualité des cheveux !


Un scénario (sur)prenant

Bon, honnêtement, vous ne serez pas absorbés par l’histoire en elle-même dès le premier épisode. Le début a ses originalités mais ne promet pas non plus quelque chose de grandiose. Mais soyez patient et vous serez surpris ! Le scénario passe de « sympa mais pas ouf non plus » à « Wow ! Je ne m’attendais carrément pas à ça ! » au quatrième épisode. Vraiment, c’est à partir de ce moment que l’anime change de dimension et devient excellent. Impossible de ne pas vouloir regarder la suite après ça ! Le scénario fait preuve d’une réelle originalité et surtout, sa plus grande qualité à mon sens, n’est pas prévisible. De nombreux rebondissement vous attendent, ainsi que plusieurs scènes qui « prennent aux tripes » ! (et vous font même verser une petite larme au passage !)



« Seulement » douze épisodes

Là, il y a deux façons de voir les choses. Kyoukai no Kanata ne fait « que » douze épisodes (plus un épisode 0 qui se passe avant les autres). En un sens, je trouve que cette courte durée fait toute la saveur de cet anime. Beaucoup de choses ne nous sont pas expliquées, beaucoup de questions restent sans réponses, mais nous étions prévenus dès le début. L’histoire nous raconte la rencontre entre Mirai et Akihito et ce dernier nous annonce d’emblée que si cette rencontre ne valait pas la peine d’être vécue, alors aucune autre histoire n’aurait d’intérêt. Donc, vous saurez tout ce qu’il faut de cette romance, mais vous ne saurez pas tout de l’univers des ombres oniriques. C’est un parti pris que je salue. Mais… le problème est quand même là. C’est tellement bien qu’il est impossible de ne pas vouloir plus d’épisodes ! Vous aurez sans doute comme moi un avis partagé sur la question. Beaucoup d’animes font l’erreur de ne pas s’arrêter à temps et perdent en qualité au fil des épisodes. Rallonger celui-là serait aussi prendre le risque de le rendre moins bien…


Franchement les gars, vous auriez quand même pu signer un contrat pour quelques épisodes de plus !


Un ensemble aussi poétique qu’onirique

Au-delà de la qualité des dessins, il y a aussi la beauté de l’environnement. Vous verrez notamment pas mal de couchers de soleil, amenant chaque fois un sentiment de paix. De plus, Kyoukai no Kanata a son côté réaliste. Nous suivons aussi le quotidien des protagonistes dans ce monde torturé. La rencontre entre Mirai et Akihito est en quelque sorte le calme en pleine tempête, un rayon de soleil en pleine averse. Si je vous en dis aussi peu sur l’intrigue, c’est pour ne pas vous gâcher la moindre parcelle de ces magnifiques tableaux. L’anime propose quelques réflexions aussi poétiques que ses décors, admirez plutôt comment il commence en lisant les propos tenus par Akihito lorsqu’il aperçoit Mirai sur le toit d’un bâtiment :


« Le ruban bleu marine qui l’identifie comme une première année se balance dans la brise printanière. A ce moment-là, l’histoire peut prendre deux chemins très différents. Soit le protagoniste joue un rôle actif dans les événements qui se déroulent, ou bien il joue un rôle passif et l’histoire continue sans lui. D’après la plupart des gens, je devrais tomber dans la dernière catégorie. Mais pour une quelconque raison, j’ai choisi la première option cette fois-là. »



J’espère vous avoir convaincus de la grande qualité de Kyoukai no Kanata. Vous ne regretterez pas le visionnage de cet anime poétique et saisissant. Et comme il n’est pas très long, vous n’avez pas d’excuse pour ne pas le regarder !

✎ par Kaelin



PS : Bonne nouvelle qui mettra tout le monde d’accord : deux films de plus de deux heures chacun sont prévus pour mars et avril au Japon. Le premier sera un condensé des douze épisodes tandis que le second proposera une suite inédite !


Vivement la sortie des films !


(Note : cette anime, comme beaucoup d’autres, n’est disponible qu’en vostfr, c’est-à-dire en japonais sous-titré en français. Il est néanmoins très facile de trouver l’ensemble des épisodes sur le net, alors n’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure ! Ils sont même disponibles en HD sous titrés en anglais sur YouTube. Pour ceux qui voudraient en savoir encore plus sur cet univers, vous pouvez lire la light novel qui est à l’origine de l’anime.)


Vous êtes encore là ?! Mais qu'est-ce que vous attendez pour regarder le premier épisode ? ;)

1 commentaire:

  1. Bon ben tu m'as donné envie de voir cet anime, je te conseil aussi comme anime Lucky star et je te ferai une liste si tu veux ^^

    RépondreSupprimer
Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.