Le Faucon Eternel, paradoxes temporels et lecteurs paumés

3 commentaires
Le Lion de Macédoine : L'histoire revue par David Gemmell Le Faucon Eternel de David GEMMELL
Publié par Bragelonne le 24 Août 2012
Genres: Heroic Fantasy, Fantasy
Pages: 378


Les cruels Aenirs ravagent le territoire au sud des montagnes, semant la mort et la terreur dans tous les villages. Retranchés dans les hauteurs, les clans se croient à l’abri. Caswallon, voleur et guerrier solitaire, sait qu’ils seront les prochains à subir les assauts des terribles barbares. Mais les fiers highlanders refusent d’entendre la voix de la raison, et de s’unir pour contrer la menace. Pire, le chef du clan de Caswallon invite son ennemi à participer à leurs jeux d’été. Son geste pourrait bien condamner tous les clans. C’est alors que Sigarni, la Reine Faucon, surgit à travers le temps et l’espace…

Eh oui, encore un livre de David Gemmell. Déjà le vingt-sixième que je lis ! Et il y en a environ trente-deux. Alors oui, c’est sûr, la formule reste la même : toujours le gros costaud, la guerrière caractérielle, le poète, le sorcier démoniaque, le roi sans pitié… Toujours ces mêmes affrontements manichéens, la même recette encore et encore, seulement quelques ingrédients de plus ou de moins d’un livre à l’autre. Et pourtant, au bout de quelques pages seulement, nous voilà une fois de plus complètement absorbés par l’univers héroïco-fantaisiste. Ne vous méprenez pas, au moins un quart de ses romans propose des univers très différents de tous les autres, preuve que cet auteur savait aussi tout changer si l'envie se faisait sentir.
David Gemmel est un vrai magicien de l’écriture, tant il arrive à amener autant de variations tout en changeant si peu de choses. Le Faucon Eternel n’y échappe pas, mais si je vous en parle, c’est bien qu’il a une particularité.


Jouer avec le temps. Une chose qu’il ne vaut mieux pas faire, à moins d’être vraiment sûr de ce que l’on fait. La moindre erreur, la plus infime modification du passé peut transformer complètement ce qui était jusqu’alors le présent. D’ailleurs, cette chronique va être compliquée à suivre, tout comme le livre l’a été pour moi car à trop vouloir jouer avec le temps, les personnages ont fini par se perdre dans leur propre histoire. Les époques se croisent, des héros meurent dans un monde mais survivent dans un autre. Ici ils perdent, là ils deviennent démoniaques, pour peu qu’ils ne traversent pas un nouveau portail temporel et modifie encore plus le cours des événements.

Mais au fait, de quoi ça parle ? Le Faucon Eternel est la suite de La Reine des Batailles. Enfin, je crois. Il faut dire qu’avec les paradoxes temporels, les termes « suite », « présent », « passé » et « futur » deviennent extrêmement relatifs… Bref, les personnages du premier livre sont en partie présents dans celui-ci mais ne sont plus que des personnages secondaires. L’histoire se concentre donc sur Caswallon, un membre du clan des Farlains qui cherche à protéger les siens des cruels Aenirs. Pour y parvenir, il n’a pas d’autre choix que de voyager dans le temps pour demander de l’aide à Sigarni, la Reine des Batailles, qui vit à une autre époque dans un monde parallèle. Je ne m’attarde pas plus sur l’histoire pour cette fois tant je tiens à vous parler des paradoxes temporels.

Il faut vraiment rester concentré pour comprendre l’intégralité du livre. Tellement concentré que je ne suis pas sûr que cela soit possible. Pour certains ce sera peut-être de la torture mais pour d’autres, comme moi, se faire balader par un livre est toujours un plaisir. Voici deux de ces paradoxes, résumés très grossièrement, qui font que j’ai adoré ce livre sans pour autant l’avoir compris dans son ensemble. Je ne vous encombre pas des détails, je cherche juste à vous donner une idée du surréalisme de l'histoire :


– Je n'ai plus qu'une journée à vivre. Demain, je serai mort.
– Alors que dois-je faire ?
– Emmène les soldats à la grotte du calice comme convenu et traverse le portail. Nous nous y retrouverons de l'autre côté.
– Mais... je croyais que vous deviez mourir demain ?
– Oui mais en vérité cet événement s'est déjà produit, je suis déjà mort.



Une femme meurt seule au combat contre un démon. Un homme la trouve à l'agonie et s'agenouille auprès d'elle. La femme lui dit :
– Oh mon amour te voilà auprès de moi pour mes derniers instants, comme tu me l'avais promis !
– Comment ? Mais... Nous ne nous connaissons pas !
– C'est vrai, tu ne me connais pas encore, mais tu me rencontreras bientôt, et quand nous nous séparerons, tu me promettras d'être à mes côtés lors de ma mort.
– Hum... D’accord, je serai là.


On dirait presque de l’humour absurde tant les situations sont improbables et on se surprend à apprécier ce flou général, au point de finir par se dire qu’au final ce n’est pas si important que cela de comprendre l’histoire. L’humour volontaire n’est d’ailleurs pas en reste :


« – Quelles sont nos chances de victoires ?
– Infimes, selon Taliesen.
– Et selon toi ?
– Je dirais que Taliesen s'est montré d'un optimisme débordant. »



Vous l’aurez compris, ce livre part un peu dans tous les sens et est assez fouillis. Au cas où vous voudriez sérieusement le comprendre, laissez tomber et n’espérez même pas avoir des réponses dans les dernières pages, vous n’y trouverez rien ! Pire encore, vous aurez par moment l’impression d’avoir enfin trouvé la solution à un paradoxe mais vous apercevrez trois pages plus tard que finalement non, vous êtes toujours aussi perdus.


EN BREF : Le croisement d’un classique à la Gemmell avec un générateur d’événements aléatoires. Un mélange inexplicable qui vous ravira si progresser dans un brouillard dense au cours de votre lecture ne vous effraie pas.


✎ par Kaelin

3 commentaires:

  1. Va falloir que je sois concentré et assidu quand je vais le lire...

    RépondreSupprimer
  2. faut que lise ce livre, il a l'air vraiment pas mal !!! (même si je dois terminer la pile de livre que je dois lire...T.T)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le recommande ! Mais je conseille quand même ma lecture de "La Reine des Batailles" qui se passe "avant" (comme dit dans la chronique, l'idée de passé est assez floue ici), ça aide quand même pas mal à comprendre ce volume. Mais si tu n'as pas peur de t'y perdre tu peux tenter ta chance directement ! ;)

      ~Kaelin

      Supprimer
Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.