Avis : Déliquescence de Georgia CALDERA

2 commentaires
Avis : Déliquescence de Georgia CALDERA Déliquescence de Georgia CALDERA
Série: Les Larmes Rouges #2
Publié par J'ai Lu le 19 Mars 2014
Genres: Fantastique, Urban-fantasy, Vampire, Amour
Pages: 768
★★★★★
« Les réminiscences n’étaient que le commencement… »
Le voile a été levé sur les étranges rêves de Cornélia mais elle est plus que jamais en danger. Pourtant, la seule prudence n’est pas ce qui la pousse à rester auprès de Henri. Progressivement, leurs liens se renforcent bien que l’ombre du passé plane sur leur relation…
Pire encore, pour assurer leur protection contre Avoriel, ils doivent retourner à Reddening House où Cornélia a été témoin des horreurs que peuvent commettre ses habitants. Déjà angoissée, la jeune femme se noie de plus en plus dans de bien surprenantes visions…

Avant de commencer, je tiens à remercier ma fabuleuse connexion internet qui m’a coupée du monde pendant près de deux jours, me permettant ainsi de profiter pleinement de ce roman et de m’y immerger sans interruption.
Alors, oui, je vous entends déjà me dire que je n’ai pas fait de chronique sur le premier tome, mais je l’ai lu début octobre de l’année dernière, et ça remonte à loin pour mon cerveau de blonde (mais chut!). Bon, du coup, si vous n'avez pas lu le premier tome, je vous déconseille fortement de lire ma chronique, pour éviter tout spoiler !

Georgia maîtrise son art et manie habilement sa plume : les 768 pages se lisent avec une facilité déconcertante.
L’histoire est d’une originalité captivante et on ne peut se détacher du roman, tournant pages par pages, en redemandant encore et encore.
Néanmoins, ayant lu depuis un moment le premier tome de la série, j’aurais apprécié des piqûres de rappel plus détaillées. Car, je dois l’avouer, j’avais oublié certains détails importants de l’histoire, nécessaires pour une compréhension parfaite des événements se déroulants dans ce second opus.


Henri et Cornélia sont de retour à Reddening House pour assurer la protection de la belle, mais aussi, pour retrouver Charlotte, la fille assoiffée d’Alphaïce (point que j'avais, évidemment, totalement zappé).
Ce roman ne nous épargne en rien : il est noir, sanglant et brutal. Il nous fait passer par tout un tas d’émotions, jouant un peu plus encore avec nos nerfs.

Henri est toujours aussi fou amoureux de Cornélia, mais il reste néanmoins un vampire : un être froid et sans âme. Il ne peut complètement se défaire de ses pulsions et de ses instincts de prédateur.
Par le biais des visions de Cornélia, on en apprend d’avantage sur cet étrange personnage et sur son histoire qu’il tente absolument de cacher, non pas sans raisons.
Par le passé, il a commis des crimes violents et abominables, mais on ressent toute son indignation face à sa condition de vampire et face aux agissements de ses congénères.
Dans le présent, c’est un autre homme. La résignation s’est installée en lui, il est détaché et plus rien ne semble l’atteindre, à l’exception de Cornélia et d’Avoriel, évidemment.
L'auteure arrive, malgré les cruelles exactions du Prince, à nous faire aimer ce vampire et à développer une certaine affection pour lui. On est compatissant pour cet être torturé par son passé, qui tente de se faire accepter par sa bien-aimée par tous les moyens.

Cornélia, quant à elle, tente tant bien que mal de s’adapter à cet univers vampirique, dans lequel elle se sent si peu à sa place. Elle se découvre, petit à petit, de nouveaux pouvoirs et tente d’apprendre à les contrôler. On la sent perdue et emplie de doutes.
Elle doit évidemment composer avec le caractère changeant de son compagnon, qui ne lui facilite pas la tâche.
Mais je dois l'avouer, certains de ses comportements et agissements m'ont exaspérée au plus haut point. Par moment, elle est égoïste et capricieuse, et ne réfléchit jamais aux conséquences que peuvent avoir ses actes, jusqu'à l’amener à un point de non retour.

Le couple de Cornélia et Henri passe dans ce tome à la vitesse supérieure, et ne traîne pas en longueur, ce qui est vraiment appréciable.

Et cette fin … arg ... c’est un véritable supplice auquel nous a condamné l’auteure !


Georgia Caldera signe ici un roman aussi délicieux qu’envoûtant. A consommer sans modération !

✎ par Llyx

2 commentaires:

  1. J'ai celui ci mais sans le 1, il faudrait vraiment que je le lise mais je me demande si c'est génant sans le premier... En tout cas contente que tu ais passé un super moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, je pense que si tu lis directement le tome 2, tu risque d'être perdue et de ne pas tout comprendre ... Alors, oui, je te conseille vivement de lire le premier tome avant quand même :)
      Merci :)
      ~ Llyx

      Supprimer
Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.