Avis : Metropolis de Fritz LANG

Ecrire un commentaire
Avis : Metropolis de Fritz LANG Metropolis de Fritz LANG
Acteurs: Brigitte HELM, Alfred ABEL, Gustav FRÖHLICH
Sortie le 6 février 1927
Genres: Expressionnisme, Science-fiction, Muet, Noir&Blanc
★★★★☆
Des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole de l'an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis qui vivent dans les jardins suspendus de la ville. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte.

J’ai eu la chance de pouvoir découvrir ce chef-d’œuvre lors du cours sur le cinéma expressionniste enseigné par le Professeur HILLAIRET, à l’Université de Paris VIII. Pour valider le cours, il nous était demandé de faire un dossier sur un sujet précis (en rapport au thème du cours, évidemment). Ayant été marquée par ce film, j’ai donc décidé d’en faire mon sujet : en me concentrant sur le fait que c’est un film précurseur du genre de la science-fiction de par les nombreux thèmes innovants qu’il aborde.



je vous invite à cliquer sur les liens qui vont suivre pour voir l'extrait et les photos.

Le scénario (auparavant publié sous la forme d'un roman par l'épouse du réalisateur, Thea VAN HARBOU) est en soit plutôt basique et simple : Freder, homme privilégié et fils du maître de la ville, rencontre et tombe éperdument amoureux de Maria, femme des bas-fonds qui représente l'espoir des ouvriers. Il découvre alors ce qu'il se passe réellement dans la Cité, et s'ensuit évidemment diverses péripéties ...
La simplicité de l'histoire n'entache en rien au film puisque, selon moi, elle permet de mieux profiter des images - décors qui nous sont présentés.

Quatre personnages sortent du lot : Freder et Maria, évidemment, ainsi que Rotwang, l'inventeur fou, et son robot-androïde.
Maria est une jeune femme emplie de vertus et de bonté. Elle est la sagesse et l’innocence incarnée.
Rotwang représente l'homme qui se prend pour Dieu, et qui au final, perd totalement le contrôle de sa création.
Futura (nommée ainsi dans le roman) est l'androïde créé par l'inventeur fou. Elle est dotée d'une apparence et attributs féminins, tout en dégageant une aura de puissance.

Une séquence du film m’a particulièrement marquée : la séquence d’introduction, et plus précisément, la relève des ouvriers. Cette scène est tout simplement … époustouflante et hypnotique ! Je crois bien l’avoir regardé une bonne dizaine de fois tant elle est fascinante de par l’image des hommes qu’elle renvoie. Deux parfaites rangées de travailleurs se côtoient : certains vont travailler, d’autres rentrent chez eux. Ils se déversent par centaine dans les souterrains. Six par rang et parfaitement alignés, les travailleurs sont mornes et sinistres. Ils sont vêtus d’informes uniformes noirs et sales, et portent des bonnets de la même couleur. Les bras le long du corps, la tête baissée, le dos voûté et l’allure régulière, ils avancent sans un mot ni un regard. Ils sont tous identiques, il est difficile de différencier un travailleur d’un autre. De plus, aucun nom n’est indiqué sur leur uniforme, seulement des numéros. De par leur démarche et leur aspect, ils ressemblent à des robots.
La musique qui l’accompagne, dans la version que j’ai visionnée (ainsi que celle de l’extrait), la rend encore plus envoutante et poignante. D’ailleurs, en parlant de la bande-son (son nom et compositeur m’échappent …), celle-ci s’accorde à merveille avec le film, contrairement à la version réarrangée en 1984 par MORODER. (j’aimerais vraiment retrouver ce fichu nom !)

Le temps n’a eu aucun effet sur les images du film. Metropolis est une ville élancé, impressionnante et majestueuse. La complexité architecturale de cette immense Cité est à la fois moderne mais aussi terrifiante. Cette ville est en réalité constituée de nombreuses maquettes construites par de talentueux techniciens : impressionnant, n’est-ce pas ? Quoiqu’avec tout ce qu’on peut faire aujourd’hui, je crois bien que les gens ne sont plus si facilement émerveillés …
Pendant le film, nous pouvons repérer de nombreux lieux emblématiques (la ville ouvrière - les Jardins Eternels - les catacombes - etc.), chargés de messages forts, certains encore d'actualité (disparition d'une végétation naturelle, etc.).

Fritz LANG était un visionnaire pour son époque : il aborde des thèmes récurrents du genre de la science-fiction comme l'intelligence artificielle, les technologies modernes, les voitures volantes, etc.

Enfin, vous l'auriez compris, c'est un petit bijou.

✎ par Llyx

0 commentaires:

Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.

Enregistrer un commentaire