Les Petites Histoires : Guerre ludique

1 commentaire
Les petites histoires en paroles



Guerre ludique



“War does not determine who is right; only who is left.”
Bertrand Russell



- Alors, raconte-moi ce qui s’est passé. J’aimerais bien comprendre, parce que tu m’avais assuré que c’était gagné d’avance !

- C’est allé très vite. Un instant crucial a tout changé alors que tout se déroulait comme prévu. L’objectif était clair : capturer le général ennemi pour mettre son armée en déroute. Comme dans toute bataille rangée, la première phase consistait simplement à envoyer l’infanterie dans l’espoir de créer une brèche dans le camp adverse. Ce fut un carnage, les premières lignes furent massacrées, envoyées à la mort tels les simples pions qu’elles étaient. Aucun des deux clans ne semblait réussir à dominer l’autre. C’est alors que nos cavaliers réussirent à les prendre à revers grâce à une manœuvre tactique complexe. Alors que le désespoir s’emparait de soldats ennemis, des géants firent irruption sur le champ de bataille. Rendus fous par l’appel du sang et aveuglés par leur fureur, ces barbares chargèrent nos troupes et taillèrent en pièce nos vaillants chevaliers ainsi que ce qu’il restait de notre infanterie. Les épées larges à deux mains de ces guerriers sans peur leur permirent de se frayer un chemin et de renverser la situation. La stupeur laissa place à la panique dans nos rangs. Tout semblait perdu quand une rumeur circula soudain parmi nos combattants. Le général ennemi avait été blessé récemment à la jambe et il pouvait à peine se déplacer. Galvanisé par cette bonne nouvelle, notre commandant décida d’envoyer nos tours de siège prendre d’assaut la place forte adverse. Notre champion barra la route aux barbares et la balance parut à nouveau pencher de notre côté.

- Je le demande encore une fois, comment la défaite a-t-elle pu survenir ? Un chef de guerre blessé n’a aucune chance de réchapper d’une telle situation.

- Nos tours de siège étaient presque arrivées quand la pièce maîtresse de la stratégie ennemie entra en jeu : un assassin surentraîné qui mit hors d’état de nuire notre force de frappe en un rien de temps. Notre champion le repéra après s’être débarrassé du dernier barbare et le chargea. Au terme d’une lutte impitoyable, notre meilleur guerrier succomba, non sans infliger de sérieuses blessures au soldat de l’ombre. Notre commandant, en puissant roi du champ de bataille qu’il était, n’eut alors aucun mal à l’achever.

- J’ai rarement vu un tel carnage. Mais je ne comprends toujours pas comment un général boiteux a pu l’emporter !

- Malgré l’anéantissement de notre armée, notre chef gardait en effet l’avantage et c’était donc à lui que revenait la lourde responsabilité de mettre un terme à cette barbarie stratégique. Mais un soldat rescapé du massacre, un de ces pauvres pions de l’échiquier, a finalement suffit à nous mettre en échec. Après avoir traversé nos lignes sans se faire remarquer, il est allé engager un mercenaire en renfort. Ce dernier, appâté par la perspective d’une plus grosse récompense, a lâchement assassiné notre commandant, donnant ainsi la victoire à nos opposants.

- Franchement tu exagères, tu savais très bien que laisser passer ne serait-ce qu’un soldat était très risqué !

- Oui mais…

- Excusez-moi messieurs, me permettez-vous une question ? Je suis un historien spécialisé dans les grandes batailles historiques et je n’ai pu m’empêcher d’écouter votre conversation. Je dois reconnaître que vous m’avez posé une sacrée colle, de quelle bataille parliez-vous ?

- Une bataille ? Mais enfin monsieur, n’avez-vous pas saisi ? Je vous accorde qu’il a tendance à en rajouter beaucoup, mais quand même, un spécialiste de votre genre ne devrait pas se laisser avoir par un beau parleur comme lui. Mon ami ne faisait que me raconter la partie d’échecs qu’il a lamentablement perdue hier !


Kaelin Chariakin



(http://eymele-photomontages.eklablog.com/echec-et-mat-a46609126)
Retrouvez de nombreux photomontages envoûtants réalisés par Eymèle sur son site http://eymele-photomontages.eklablog.com/

1 commentaire:

  1. Bravo pour la chute... . J'aurais dû me méfier du titre
    On attend les prochains contes.
    Merci Kaelin

    RépondreSupprimer
Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.